La nage en mer, une activité testée et approuvée

Le

Nager en eau libre change véritablement de la nage en piscine.
Pratiquer le crawl, la brasse ou toute autre nage, est considérablement différent selon le lieu, et les conditions météo.
Je m’y étais essayé il y a quelques années, mais je n’avais pas adhéré.
Pourtant, cet été, j’y ai réellement pris goût. Nager en rivière, en lac ou en mer, je me suis essayée à la mer et je valide!

Mon ancienne expérience de nage en mer

Il y a environ de cela presque 10 ans (ouh cela ne me rajeunit pas lol), je vivais à La Ciotat, sympathique ville au bord de la mer dans les Bouche-du-Rhône. Ce fut l‘année qui suivit mon arrêt de mon emploi en tant que manip radio.
Je pouvais, et je m’y employais, à nager à l’heure de la pause déjeuner. Tous les midis, je me rendais alors à la piscine municipale pour y nager environ 1h.
Chaque mois d’Août, la piscine de La Ciotat était fermée. Je me rendais donc à celle de Sanary, plus chère et qui me demandait un coût horaire supérieur, le temps de m’y rendre en voiture.
Je me suis donc dit que nager en mer me ferait gagner du temps, celle-ci était à même pas 2 minutes en bas de chez moi.

Je dois vous avouer que je suis un peu trouillarde. On ne voit pas à 1 mètre dans l’eau, et si il y avait une bête qui me venait dessus? L’eau est claire, mais si je voyais cette même bête m’attaquer? On dit qu’il n’y a pas de requin, de requin dangereux en Méditerranée, mais il y a une première fois à tout. Et si j’étais l’exception?
Alors je nageais près du bord, l’esprit pas tout à fait tranquille. Et avant de sortir de l’eau, en posant mes genoux dans le sable, une bête ou une plante m’a piqué. Aucune douleur, non mais une jolie marque sur les genoux. Avec une crème adéquate achetée en pharmacie, la trace est partie, mais cela m’a quelque peu refroidi. Pourtant, cela aurait très bien pu m’arriver en allant simplement me baigner.
La nage en mer fut donc exclue. Il est tellement facile de trouver des piscines en France, et puis le coût reste raisonnable.

Mon entrainement pour le triathlon

Le triathlon XS auquel j’ai participé en mai 2019 se déroulait au lac du Salagou. Je ne m’y étais pas entrainée auparavant, la qualité de l’eau n’étant pas au top avant la saison estivale. Et pour être honnête, la nage étant le domaine où j’étais le plus à l’aise, je ne me suis pas inquiétée de devoir m’entrainer à nager en eau libre. De plus, l’épreuve n’était que de 400m, pas de quoi s’inquiéter selon moi.
Pourtant, ce jour-là, il y avait du vent, et des vagues. J’ai cru que j’allais me noyer. Le lac voulait dès le départ m’expulser et me dire “non, sors de là”. Les encouragements de mes cousines m’ont permis de continuer et de terminer cette épreuve (ainsi que les autres).
C’est là où j’ai réellement compris toute l‘importance de nager en eau libre.
Surtout que la prochaine épreuve que je vise est la nage en mer, la course n’étant pas vraiment faite pour moi.

La nage en mer, c’est parti

Cet été, j’ai donc décidé de nager en mer. Tous les matins, il était prévu que je passe quelques heures à la plage avec mes filles et mon chéri, alors pourquoi ne pas prendre 30 minutes pour aller nager? Il suffit d’avoir avec soi son bonnet, ses lunettes et en avant!
C’est donc ce que j’ai fait la première fois. Je n’étais pas spécialement rassurée mais il y avait du monde dans l’eau et j’essayais de ne pas penser au fait qu’il pouvait arriver une bête, …
Oui l’eau n’est pas mon élément. Je suis un être-humain. Mais quand on y pense, face à un lion, même si je suis sur la terre, mon élément, je ne serais pas plus avancée.
J’ai donc nagé de bouée en bouée, puis j’ai fait le retour assez rapidement. Il ne faut pas oublier de garder assez de force pour revenir (même si je longeais la plage et qu’il y avait donc toujours moyen de revenir et finir à pied), et puis c’était ma première fois.
Nager en mer et en piscine, ce n’est vraiment pas la même chose. Rien que le courant déjà, même si la mer est calme, est un paramètre à prendre sérieusement en compte.

Mais c’est réellement le lendemain où j’ai commencé à aimer nager en mer.
Ma cousine, une très bonne nageuse et sportive, m’a proposé d’y aller ensemble. J’ai bien sûr accepté. Il pleuvait ce jour-là. J’ai pris ma combi, qui n’est pas faites pour la nage, mais elle est légère. Elle faisait donc l’affaire pour l’instant.
Aucun orage de prévu, nous ne sommes pas suicidaire. Juste une petite pluie. Personne sur les plages. Le top.


Nous avons nagé ainsi presque une heure. Je la suivais, ce qui me rassurait. Elle me donnait également quelques conseils pour nager en mer, comme me fixer un point sur la côte au loin pour garder le cap, sortir la tête de temps en temps pour ne pas perdre ma direction.
Je pensais qu’il fallait aller de bouée en bouée. En fait, le mieux est de longer la côte, sans sortir de la zone de baignade, et se fixer un point au loin, comme un gros bâtiment. J’ai alors remis ça une fois encore avec elle, puis ensuite seule, à plusieurs reprises cet été.

Lors de ma semaine de vacances à la Grande Motte, j’ai nagé tous les matins, avant de m’y rendre avec ma famille. A 8h, si tu m’apercevais, je venais déjà de nager 45 min. J’étais en super forme pour le reste de la journée 🙂

Mais réellement, pourquoi nager en mer?

Comme tout sport, nager en mer a des vertus, comme :

  • un effet anti-stress. Nager au moins 20 min vous détend et vous met dans un état d’euphorie bienveillant,
  • communier avec la nature. Nager, c’est top. Mais nager en mer, quelque soit la nage choisie (même si en général, c’est la brasse ou le crawl) permet un retour à la nature. Se sentir à la fois tout petit face à ce géant qu’est la mer, mais aussi tellement chanceux de pouvoir y passer un moment au calme, déconnecté de la vie et de la pression de tous les jours. Aucune contrainte, juste toi et la nature,
  • couper la monotonie de ses entrainements en piscine. L’avantage qu’est d’aller à la piscine, c’est que la météo ne risque pas d’influencer les heures de vos entrainements, à moins que la piscine ne soit pas couverte. Mais nager en eau libre vous apporte quelque chose en plus : nager avec le courant, nager en continue, apprendre à se ménager pour parcourir une longue distance sans rebord de piscine auquel s’accrocher.
    Je me souviens que ce goût d’eau salé m’avait dérangé il y a 10 ans. Mais cette fois, ce fut tout le contraire. Nager en piscine juste après, sans le moindre goût, fut décevant pour moi, comme monotone,
  • vivifier le corps et l’esprit. Nager en eau libre, avec tout ce que cela inclut : le courant, les vagues, garder le cap, l’eau salé si on est en mer, dynamise le corps et apaise l’esprit. Essayez une fois pour voir, si vous êtes bon nageur, et que cela vous tente, vous ne le regretterez pas. Et sinon, vous aurez testé et pourrez continuer sans regrets à la piscine.

Les erreurs à ne pas commettre

Etant encore novice en ce qui concerne la nage en mer, je vais vous donner tout de même quelques conseils pour éviter certaines erreurs. Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est qu’il faut :

  • longer la côte et ne pas aller au large,
  • éviter la zone des surfeurs, et des pêcheurs (pour ces derniers j’a testé 🙂 Rien de grave, mais je tiens à vous épargner quelques cris ou disputes lol),
  • ne pas sortir pas de la zone de baignade,
  • ne pas oublier qu’il y a le retour à faire. Une fois je ne me suis pas méfiée, je me disais, “c’est bon, je continue encore un peu”. Au final, je n’en voyais plus la fin. Je me languissais même d’en finir, et ce n’est pas le but. Il faut garder du plaisir.

Aussi je pense qu’il est judicieux de nager avec une bouée, celle que l’on accroche derrière soi, un peu à la “Alerte à Malibu”, mais gonflable. Ainsi, vous êtes visible pour les bateaux, jet skis, SUP. Car même si vous ne vous éloignez pas, il vaut mieux prévenir que guérir. Ensuite, préférez un bonnet de couleur vive. Le bonnet permet de maintenir les cheveux, c’est la raison pour laquelle j’en ai toujours porté un en mer, mais aussi il est préférable qu’il soit de couleur vive pour être repérable par les autres (bateaux, SUP, sauveteurs, …).

Alors nager en mer est devenu un véritable plaisir pour moi. Mais qu’en est-il pour toi? Est-ce un sport qui pourrait te séduire?
Pour ma part je valide, et j’avoue être devenue accro aux endorphines 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La vie est une succession de choix. J'ai changé d'orientation professionnelle vers mes 25 ans pour vivre du web. Comment ? Avec le meilleur partenaire de la Terre (mon chéri), j'ai pu me former et travailler dans divers domaines : dropshipping, vente sur Amazon, référencement naturel, j'ai aussi rédigé des fiches produits, des articles de blog. A côté de ça, je mène une vie de maman épanouie. Oui je suis une maman qui déchire!!! 🙂 Et une maman sportive qui plus est!

LIRE LA SUITE

Comment je suis devenue rédactrice web SEO?

Parfois encore méconnue, cette profession a changé ma vision du monde du travail et même celle du monde de...